Prune Nouvion, Director of Sales chez Spotify

[VIDÉO] TÊTE-À-TÊTE #14 | Prune Nouvion est Director of Sales chez Spotify, le célèbre service de streaming musical. Il y a 20 ans, elle est tombée dans la marmite du digital ( « un peu comme Obélix » dit-elle) et depuis, elle ne s’en lasse pas ! Prune nous raconte son parcours rythmé entre entrepreneuriat et GAFAM et les enseignements qu’elle en a tirés. Bonus podcast oblige, elle nous dévoile son favori !

L’entretien ci-dessous

Bonjour, je suis Prune Nouvion, je suis Directrice Commerciale de Spotify France depuis plus d’un an.

A propos de Spotify

Spotify dans le monde, c’est 248 millions d’abonnés. Il y a à peu près 50% des abonnés qui sont payants et 50% des abonnés qui sont free et en fait c’est grâce à la publicité qu’ils peuvent justement accéder à notre bibliothèque donc à la fois de musique et de podcasts.

Votre rôle chez Spotify ?

Alors mon rôle depuis un an… Je suis arrivée chez Spotify, il y a une évangélisation auprès des annonceurs de l’audio, parce que l’audio digital aujourd’hui c’est un tout petit marché. Les chiffres SRI S1 en 2019, c’était à peu près 10-11 millions d’euros de marché. C’est très complémentaire avec la radio et aujourd’hui c’est un temps passé qui est absolument énorme : on parle de 2h30 par jour passées sur Spotify ! Donc il y a un décalage entre les investissements et le temps passé.

Quand avez-vous démarré votre carrière ?

J’ai eu de la chance un peu comme Obélix de tomber dans la marmite du digital, il y a déjà 20 ans, donc j’ai démarré en 1996.

Une expérience qui vous a marquée ?

Juste après mon école de commerce, j’ai eu la chance de pouvoir créer mon entreprise, enfin c’était une startup. On vendait des produits du terroir aux expatriés français, mais malheureusement c’était un mauvais timing, on était un peu trop précurseurs sur internet et c’est vrai que le monde du e-commerce était balbutiant, donc on a dû arrêter cette activité au bout de 3 ans.

Comment avez-vous rebondi ?

C’était une bonne expérience. C’était vraiment l’expérience de l’entrepreneurship au tout début de ma carrière et en fait je me suis dit : « je me suis lancée dans l’entreprenariat maintenant je vais me lancer dans le monde professionnel, dans le monde du salariat. » Ce que j’ai fait, ensuite je suis allée travailler chez Carat Multimédia, donc vraiment côté agence.

Un mot de votre parcours chez les GAFAM ?

J’ai eu beaucoup de chance dans mon parcours d’être au début de l’aventure. J’étais chez Google N°8 en 2003, N°8 en France évidemment. Chez LinkedIn j’étais aussi dans la première dizaine de personnes, chez LinkedIn en France en 2011. Ce qui est intéressant c’est de voir ce type d’entreprise qui a des croissances à deux chiffres.

Que retenez-vous de vos différentes expériences ?

Il faut être agile. C’est un monde qui bouge tout le temps. Je pense qu’il faut être curieux pour essayer d’apprendre. Il y a quelque chose qui est important aussi, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes, et ça c’est vraiment ce que j’ai appris.

Une disruption digitale que vous n’avez pas vu arriver ?

Une disruption digitale que je n’ai pas vu arriver en 20 ans… Ecoutez c’est assez simple parce que je m’en suis aperçue en arrivant chez Spotify. Je ne m’étais pas du tout rendu compte du boum du podcast. Nous on le voit, sur Spotify on a eu une explosion : on a plus de 500 000 podcasts aujourd’hui. C’est vraiment un très fort courant qui arrive des Etats-Unis et qui arrive très fortement en France.

Un coup de cœur digital ?

C’est vrai que moi du coup j’écoute pas mal de podcasts et j’aime bien un podcast qui s’appelle ‘La poudre’. Ça me parle beaucoup, c’est une discussion entre une journaliste, qui est une ancienne journaliste du ‘Elle’, qui s’appelle Lauren Bastide . Elle interviewe des femmes, que ce soit Anne Hidalgo, Clara Luciani et en fait, on a vraiment l’impression de prendre un café ou un apéritif avec elles. Elle a vraiment senti cette révolution du podcast et elle a monté son entreprise qui s’appelle ‘Nouvelles Ecoutes’.

Laisser un commentaire